Etain

Etain

L’étain est l’un des premiers métaux fabriqués par nos ancêtres de la préhistoire. L’or, l’argent et le cuivre ont certes été découverts plus tôt. Mais ces métaux sont présents à l’état natif dans certains minerais. Tandis que l’étain a dû être extrait d’un minerai dit cassitérite, qu’on extrait dans les Cornouailles, et qui est de l’oxyde d’étain SnO2.

L’étain est un métal gris, mou, qui forme un alliage jaune et très dur avec le cuivre : le bronze (30 % étain, 70 % cuivre), et c’est grâce à lui que nos ancêtres ont pu confectionner des outils durs et efficaces, dès 4000 ans avant J.-C.

Préparé en feuille mince, l’étain possède l’étrange propriété de crier quand on le plie.

Comme il fond à basse température (232 °C), on en fait des fils servant de soudure, industrie dans laquelle il a remplacé le plomb trop toxique. On peut le verser liquide dans des moules dans lesquels il épouse particulièrement bien la forme. Les traditionnels petits chevaux de plomb sont souvent en étain.

On l’utilise aussi à l’état fondu pour en revêtir le fer sur lequel il adhère fortement. Ce processus, dit étamage, forme ainsi du fer blanc, qui résiste à la rouille. Comme il résiste à l’attaque des acides dilués, on utilise le fer blanc pour faire des boîtes de conserve de fruits un peu acides, comme l’ananas. On fait aussi de la vaisselle d’étain, dont on n’a rien à craindre, car l’étain ingéré n’est pas toxique.

En dessous de -10 °C, l’étain se transforme très lentement en une poussière gris foncé, car il change de structure cristalline. Cette particularité, dite « peste de l’étain » a hélas été à l’origine de la dégradation spontanée de tuyaux d’orgue en étain durant les longs mois de certains hivers européens. La peste de l’étain a aussi causé la destruction des boutons des soldats de Napoléon lors de la retraite de Russie, ce qui a précipité leur perte.

Chimiquement parlant, l’étain a la propriété curieuse de former deux hydroxydes d’étain, Sn(OH)2 et Sn(OH)4, qui sont tous deux amphotères. En effet, ces deux hydroxydes réagissent avec les acides forts comme s’ils étaient des bases, en formant des sels d’étain, qu’on appelle stanneux et stannique. Ex. : chlorure stanneux SnCl2 et chlorure stannique SnCl4. Mais ces deux hydroxydes se dissolvent aussi dans les solutions de bases, comme s’ils étaient des acides, en formant des stannites et des stannates. Ex. : stannite de sodium Na2SnO2 et stannate de sodium Na2SnO3.

 

Modifié le: jeudi 14 avril 2016, 11:04