Antimoine

Antimoine

L’antimoine est un élément dont on a subitement entendu parler en 2006, lorsqu’on s’est aperçu que les eaux naturelles conservées dans des bouteilles de PET s’enrichissaient rapidement en antimoine. Or l’oxyde d’antimoine Sb2O3 sert de catalyseur lors de la fabrication du PET. Les analyses faites ont montré que les eaux minérales qui contiennent naturellement 3.8 ppb d’antimoine, voient cette teneur passer à 360 ppb après embouteillage dans des récipient en PET, et à 630 ppb après un stockage de 3 mois. Heureusement, ces valeurs restent inférieures à la dose maximum tolérée de 5000 ppb.

L’histoire de l’antimoine remonte à l’Antiquité. Son minerai principal est la stibine Sb2S3, et il était utilisé comme fard dans l’Egypte antique, puis comme vomitif chez les Romains. Il semble que les Grecs l’aient baptisé antimonos. Plus tard, l’alchimiste musulman Geber (722 – 803) le nomma atmond, ce qui fut adapté en bas-latin par antimonium.

La plupart des composés de l’antimoine sont insolubles dans l’eau. L’un de ses rares composés solubles est l’émétique, ou antimonyltartrate de potassium K2Sb2C8H4O12. On l’obtient en faisant réagir l’oxyde d’antimoine Sb2O3 sur le tartrate acide de potassium. C’est un puissant vomitif et diarrhéique d’action immédiate, connu depuis le Moyen Age.

Une légende controversée veut que le moine allemand Basile Valentin ait vanté l’usage de l’antimoine comme stimulant à ses frères moines, et qu’il les aurait tous fait passer de vie à trépas, d’où le nom de anti-moine !

Ses vertus thérapeutiques ont bénéficié du fait que Louis XIV a été guéri du typhus à l’âge de 20 ans après avoir bu du vin contenant un peu d’émétique. Par contre son conseiller, le cardinal Mazarin, en est mort.

L’antimoine est un solide brillant, argenté et malléable, et assez rare sur Terre. Il n’est pas considéré comme un métal, car il est fragile, cristallin et il conduit mal le courant. Il entre dans la composition de nombreux alliages auxquels il confère plus de dureté. Les caractères d’imprimerie utilisés jusqu'au milieu du 20ème siècle étaient en alliage plomb – antimoine. Les plaques de batteries au plomb sont en alliage de plomb et d’antimoine, qui est beaucoup plus dur que le plomb lui-même. De même les balles de tous calibres sont en alliage plomb - antimoine.

On l’utilise aussi l’oxyde d’antimoine comme retardateur de flamme dans les tissus et autres produits combustibles. Quand on fait précipiter une solution contenant de l’antimoine par H2S, on forme un dépôt insoluble de sulfure de couleur rouge vermillon, très apprécié en peinture.

On utilise l’antimoine pour la réalisation d’éléments électroniques. Les cellules à effet Hall, qui permettent de mesurer le champ magnétique, sont en alliage d’antimoine.

 

Modifié le: jeudi 14 avril 2016, 10:56