Rubidium

Rubidium

Le rubidium n’a rien à voir avec le rubis, sauf que, comme lui, son nom provient du latin rubeus, qui veut dire rouge. Mais, alors que le rubis est une pierre précieuse de couleur rouge, le rubidium n’est pas rouge du tout. C’est un métal gris, mou, fondant à 38.5 °C, et qu’on a découvert à cause de deux raies rouges dans le spectre d’une flamme dans laquelle on a projeté un peu de rubidium. 

Le rubidium a été découvert par Bunsen en 1861 en analysant le mica lépidolite. Il n’existe pas de minerai de rubidium. On le trouve toujours disséminé à titre d’impureté dans des minéraux contenant du potassium, comme la londonite de Madagascar, qui est un borate de béryllium, d’aluminium et de potassium, ou à l’île d’Elbe.

Le rubidium est un métal du groupe des alcalins, doux, blanc, mais qu’il est très difficile à conserver, car il s’oxyde très vite à l’air. Il s’enflamme même dans l’oxygène pur, en formant un étrange superoxyde brun RbO2. On le conserve dans des ampoules scellées et remplies de gaz argon.  Il réagit de manière explosive avec l’eau, en formant l’hydroxyde RbOH.

On a longtemps utilisé le rubidium pour fabriquer des horloges atomiques, beaucoup plus précises que les horloges à quartz. Mais depuis quelques années, on a fait encore mieux avec les horloges à césium. Rubidium ou césium, le principe est le même. On dépose quelques milligrammes de l’un de ces métaux dans une ampoule scellée, qu’on chauffe pour vaporiser le métal. Des circuits micro-ondes mesurent la fréquence d’une transition hyperfine dans la raie spectrale principale.

Le 27 % de tous les atomes de rubidium est constitué d’un isotope Rb-87 radioactif, mais très peu radioactif, puisqu’il  faut 20 milliards d’années pour que la moitié de ses atomes disparaisse. On l’utilise pour dater les roches.

Les composés de rubidium possèdent les mêmes réactions chimiques que ceux de potassium, sauf que le chlorure attire l’eau de l’air humide et s‘y dissout. Parmi leurs rares emplois connus, citons le fait que les composés de rubidium agissent comme antiépileptiques en médecine. On a aussi proposé de les utiliser en pyrotechnie, car ils donnent de magnifiques effets de couleur rouges. Mais leur prix de revient élevé leur fait préférer les composés de lithium, qui donnent pratiquement la même couleur, et qui sont moins coûteux.

 

Modifié le: jeudi 14 avril 2016, 08:27