Osmium

Osmium

En 1803, un chimiste anglais, Smithson Tennant, étudiait le résidu noirâtre laissé après le traitement du platine brut par l’eau régale (mélange des acides nitrique et chlorhydrique). Il obtient deux oxydes de solubilités différentes. L’un d’entre eux avait une odeur désagréable très marquée : c’était le tétroxyde d’un métal qu’il a appelé osmium, d’après le mot grec « osmis » qui signifie « odeur ». L’autre oxyde était l’oxyde d’iridium.

On trouve dans l’Oural des traces d’osmium dans les sables contenant du platine, sous forme d’un minéral qui est un alliage appelé iridosmine. L’osmium est, avec l’iridium et le rhénium, le plus rare de tous les métaux naturels. Sa rareté en fait un métal très cher, valant environ 300 francs par gramme.

L’osmium a plusieurs particularités très curieuses. Tout d’abord il est brillant, mais il n’est pas gris comme la plupart des métaux. Non, il est bleu.  D’autre part il est extrêmement lourd : sa densité est de 22.61. Mais d’autres valeurs ont été données : 22.48 et 22.57. Il est donc difficile de dire si ce métal est le plus lourd de tous, car son concurrent direct, l’iridium, a une densité qui varie de 22.47 à 22.65, selon les sources.

Parmi les autres particularités de l’osmium, on peut signaler qu’il fond à 3045 °C et bout à 5027 °C. Seuls le tungstène et le rhénium fondent à plus haute température.

Pour finir signalons que l’osmium est un métal extrêmement dur.  Les pointes des aiguilles inusables des anciens phonographes étaient faites d’un alliage de platine à 60 % d’osmium.

En chimie, l’osmium a la propriété curieuse de former un oxyde OsO4. C’est même le seul élément qui forme un oxyde contenant un aussi grand nombre d’atomes d’oxygène : 4. De plus, cet oxyde n’est pas comme les oxydes de métaux qui fondent et bouillent à très haute température. Non. Le tétroxyde d’osmium OsO4 fond à 41 °C et bout à 130 °C.

Ceci dit, OsO4 est un oxydant très utile en chimie organique. Il permet l’oxydation des alcènes en diols. Malheureusement la vapeur de cet oxyde est extrêmement toxique pour la peau, les yeux et les poumons. On prétend que cette vapeur a un peu l'odeur de l’ozone. Mais elle peut tuer ou rendre aveugle à des doses inférieures au point où on peut la sentir, si bien que les indications toxicologiques à son sujet sont assez imprécises.

Aussi, à cause de son prix élevé et de sa toxicité, on ne l’utilise guère qu’en quantités catalytiques et on le régénère après emploi avec un oxydant bon marché comme l’eau oxygénée ou les perchlorates. On utilise aussi le tétroxyde d’osmium pour révéler les neurones sous le microscope, pour relever les empreintes digitales, et dans le traitement de l’arthrite.

 

Modifié le: mercredi 13 avril 2016, 09:23