Molybdène

Molybdène

Le métal molybdène tient son nom du grec molybdos, qui signifie plomb, car il a parfois été confondu avec le plomb, vu que son sulfure est noir comme celui du plomb.

Le molybdène est un métal rare sur Terre. Le gisement le plus important est à Climax dans le Colorado. Le Canada et le Chili sont les autres pays producteurs.

Le molybdène est un métal blanc, qui ne fond qu’à 2622 °C. Il a fallu attendre l’invention du four électrique pour que Moissan, en 1894, parvienne à le fondre. On réalise aujourd’hui des aciers au molybdène, car il est soluble dans le fer fondu, dont il augmente la dureté. Les ressorts les plus résistants à l’usure sont des aciers au molybdène.

La chambre de combustion de la fusée Ariane 5 est faite d’un alliage Co-Cr-Mo. Les prothèses dentaires qu’on introduit dans l’os de la mâchoire sont aussi faites d’un alliage Co-Cr-Mo.

Comme son coefficient de dilatation est le même que celui du verre, on utilise le molybdène comme support de filament dans les ampoules à incandescence.

Le sulfure de molybdène MoS2 a la propriété étrange de posséder une structure lamellaire à faible résistance au clivage. Ceci en fait un lubrifiant solide efficace, même à haute température.

Le molybdène n’est attaqué ni par les bases ni par les acides, sauf par l’acide nitrique. Porté à plus de 800 °C, il s’oxyde à l’air en formant le trioxyde MoO3. Ce trioxyde de molybdène est une poudre blanche insoluble dans l’eau, mais soluble dans les solutions de bases comme NaOH. Il se forme alors des molybdates dont la formule peut être très complexe, comme Na6Mo7O24. Le molybdène est même unique en chimie dans la possibilité de former des molécules gigantesques.

En chimie analytique, on utilise le molybdate d’ammonium comme réactif des phosphates. Une solution acide de ce molybdate forme un précipité jaune en présence de phosphate, dont la formule peut être représentée comme formée de 12 molécules de MoO3 et d’une de (NH4)3PO4.

Mais il y a mieux. Le célèbre bleu de molybdène, découvert par Scheele a pu être déterminé avec précision, et correspond à la formule Mo154(NO)14O448H14(H2O)70, selon P. Gouzerh, de l’Actualité chimique de juin 2006. L’intéressant est que dans ces molécules monstres, tous les atomes de molybdène sont enroulés en une chaîne régulière à l’extérieur d’une roue formée par les atomes d’oxygène.

En biochimie, le molybdène peut être considéré comme un oligo-élément essentiel, car il intervient dans la structure de plusieurs enzymes, dont celle qui permet la dégradation des purines et pyrimidines, et leur transformation en acide urique.

 

 

Modifié le: mardi 12 avril 2016, 15:00