Iridium

Iridium

L’iridium est un métal très rare, et c’est même le plus rare de tous les métaux. Il a été découvert en 1803 par Tennant dans des résidus de platine après dissolution du platine dans l’eau régale. Son nom, rappelant l’arc-en-ciel en grec, provient de la couleur bleue de son oxyde Ir2O3, du rouge de son chlorure IrCl3, et du jaune de son sulfate.

On le trouve dans la nature à l’état métallique comme impureté dans les mines de platine, ou allié à l’osmium dans le minerai dit iridosmine.

L’iridium a longtemps passé pour le plus lourd de tous les métaux avec une densité de 22.56 g/cm3, jusqu’à ce qu’on soit parvenu à montrer aux rayons X que l’osmium pur a une densité de 22.59 g/cm3. Mais aucun échantillon réel d’iridium n’a cette densité, à cause des impuretés d’abord, mais surtout des vides qui se créent dans la masse pendant le refroidissement d’un échantillon liquide. Quoi qu’il en soit, l’iridium est extrêmement dur à fondre, puisqu’il fond au four électrique à 2454 °C.

L’iridium est le métal qui résiste le mieux à la corrosion. On considère même l’alliage 90 % Pt + 10 % Ir comme absolument inaltérable. On a utilisé cette propriété pour fabriquer le mètre étalon, qui est conservé précieusement dans le pavillon de Breteuil, à Sévres près de Paris. Malheureusement, on a constaté en 1960 que les incertitudes de mesure sur ce mètre étalon étaient supérieures à celles sur les mesures spectroscopiques faites sur les raies d’émission de certains gaz. On a donc renoncé à la référence du mètre étalon.

Sa résistance à la corrosion fait qu’on en dépose une fine couche sur les électrodes de certaines bougies de voiture, ce qui permet de les utiliser sur plus de 150'000 kilomètres. On en revêt aussi les bougies d’hélicoptères. L’iridium n’est attaqué que par les gaz Cl2 et F2  au rouge chaud et par le peroxyde de sodium fondu Na2O2 qui le transforme en oxyde IrO2.

L’iridium est aussi le plus dur de tous les métaux. Aucun autre métal ne parvient à le rayer ou à l’usiner. Seul le diamant y parvient. On utilise l’iridium pour former la petite bille fixée à la pointe des stylos à bille de luxe, afin d’en éviter l’usure.

Le chlorure d’iridium forme avec CO et la triphénylphosphine un complexe qui a la propriété de fixer l’oxygène de l’air de manière réversible, exactement comme l’hémoglobine du sang.

L’iridium est présent en faible quantité dans les couches sédimentaires argileuses qui séparent le crétacé de l’ère tertiaire. Cet Iridium doit provenir d’un monstrueux astéroïde qui se serait écrasé sur Terre il y a 65 millions d’années, ce qui aurait aussi anéanti d’un coup les dinosaures qui la peuplait alors.

 

 

Modifié le: mardi 12 avril 2016, 13:53