Bore

Bore

Le bore est un élément qu’on ne rencontre presque jamais à l’état élémentaire, ni au laboratoire, ni dans la pratique, car on n’a pas réussi à lui trouver beaucoup d’applications pratiques. Il est très dur, presque aussi dur que le diamant (qui est la substance la plus pure connue), donc on l’utilise parfois comme abrasif.

Le principal composé du bore est le borax, ou tétraborate de sodium, de formule Na2B4O7·10 H2O, qu’on trouve mélangé à des impuretés dans certaines zones désertiques de Turquie, de Californie et du Chili. C’est un sel soluble dans l’eau, qu’on utilise comme détergent doux, comme décapant de soudure, et dans le traitement des peaux. Le borax possède encore la propriété amusante de produire des gels gluants et non collants dits slime, si on le mélange à une solution de gomme végétale ou d’alcool polyvinylique.

Traité par un acide, le borax se transforme en acide borique H3BO3, qui n’a d’acide que le nom, car sa solution aqueuse ne réagit pas avec les indicateurs d’acidité. On utilise sa solution pour le traitement des maladies oculaires.

Le bore B est un atome très curieux, et même unique en chimie, car il possède la propriété de former des molécules « impossibles » avec l’hydrogène H. Avec l’oxygène et la plupart des autres éléments, il forme des composés où il a toujours valence 3, ce qui est conforme aux règles usuelles de la valence. Exemple : BCl3, BF3, B2O3. Par contre avec l’hydrogène, il forme des composés qui violent toutes les lois de la chimie. En effet, d’une part, le composé logique BH3 n’existe pas. Mais surtout B et H forment des molécules « absurdes » comme B2H6, B5H12, qui sont tout simplement inexplicables par les lois usuelles de la chimie : il manque des électrons pour que ces atomes B et H tiennent ensemble. Les maîtres de chimie évitent de parler en classe de ces substances qui violent délibérément toutes les règles qu’ils enseignent. Et pourtant ces composés existent : ils servent de carburants pour fusées spatiales.

Combiné avec l’azote N, le bore forme un nitrure de bore BN, qui est une poudre blanche très fine et très légère, qu’on utilise comme lubrifiant, à cause de son toucher plus doux que la poudre de talc. Sa structure ressemble à celle du graphite (constituants des mines de crayons noirs).

Le verre Pyrex® contient 80% de silice SiO2 (sable) et 13% d’oxyde de bore B2O3, le reste étant constitué d’autres oxydes. C’est le seul verre qui résiste à un échauffement ou un refroidissement brutal. On peut verser de l’eau sur un plat de Pyrex® sortant du four : il ne se cassera pas. D’où son nom tiré de l’anglais : Pie = gâteau, Rex = roi.

Modifié le: mardi 6 août 2013, 08:36