Baryum

Baryum

La Baryum est un métal lourd, ressemblant au plomb, mais qui s’oxyde très vite à l’air. On a même beaucoup de peine à le conserver au contact de l’air. Il n’a donc pas d’emploi.

Par contre, les composés de baryum sont eux très courants. Leurs propriétés chimiques ressemblent beaucoup à celles du calcium. Les minerais de baryum sont la withérite BaCO3 (dont l’aspect ressemble au marbre CaCO3) et la barytine BaSO4 (qui ressemble au gypse CaSO4). Mais leurs propriétés biologiques sont très différentes : les composés de baryum solubles dans l’eau sont très toxiques, et provoquent des convulsions, des hémorragies internes, puis la mort par arrêt cardiaque.

Le sulfate de baryum BaSO4 est probablement l’une des substances les moins solubles dans l’eau que l’on connaisse. On élimine le baryum de ses solutions aqueuses en ajoutant du sulfate de sodium, ce qui produit un dépôt quantitatif de BaSO4.

Le baryum (et ses composés) est opaque aux rayons X. Si on veut étudier l’état de l’intestin d’un patient, on lui fait avaler du BaSO4, qui n’est pas soluble dans l’eau, donc pas toxique, et on le place devant un écran soumis aux rayons X. L’intestin se dessine en noir sur le fond blanc du reste de l’organisme.

L’hydroxyde de baryum Ba(OH)2 est une base forte appelée parfois baryte, qu’on utilise en solution sous le nom d’eau de baryte pour absorber le gaz carbonique, comme on le fait avec l’eau de chaux Ca(OH)2.

Le chlorure de baryum BaCl2 a la propriété intéressante de colorer en vert les flammes dans lesquelles il est projeté. On utilise cet effet en pyrotechnie. Les feux d’artifice verts contiennent du chlorure de baryum. Mais comme ils explosent en altitude, on considère que leur toxicité est négligeable.

Quand on calcine l’oxyde de baryum BaO à l’air, il absorbe de l’oxygène, et se transforme en une étrange substance, le peroxyde BaO2, réaction que ne fait pas l’oxyde de calcium. L’oxyde de baryum est même le seul oxyde à produire cette réaction de peroxydation. BaO2 sert à fabriquer l’eau oxygénée H2O2, par réaction avec l’acide sulfurique dilué.

Modifié le: mardi 6 août 2013, 08:36